Art de faire le papier

 
Accueil » Le Papier » Art de faire le papier » 1ère partie - Art de faire le papier » §. 69 - §. 199
 
  « Table des matières

Avertissement

1ère partie - Art de faire le papier

§. 8
Art de faire le papier


§. 9 - §. 27
Histoire & origines


§. 28 - §. 68
De la matière au lavoir


§. 69 - §. 199
Des moulins

  - Du moulin
  - Distribution de l'eau dans les moulins
  - De la qualité des eaux
  - Manufacture située en plaine
  - De la roue et des maillets
  - Des moulins à cylindre
  - De la platine
  - Moulins de Hollande
  - De l'éfilochage, et de l'affinage
    De l’éfilochage, et de l’affinage
  - De la graisse du papier
  - Comparaison des deux sortes de moulins
  - Autre forme de moulins, qui a été proposée
  - Observations sur la manufacture de Vougeot en Bourgogne (45)

§. 200 - §. 319
De la matière affinée au collage


§. 320 - §. 351
De l'étendoir au lissoir


§. 352 - §. 380
Tri & formation des rames


§. 381 - §. 385
Du papier coloré


§. 386 - §. 389
De l'influence des saisons


§. 390 - §. 435
Papiers de Hollande & différents pays


§. 436 - §. 511
Des réglements qu'on a fait en France


§. 512 - §. 555
Des différentes matières qui pourraient servir à faire du papier


§. 556 - §. 596
Papiers de Chine & du Japon


2ème partie - Planches & Explications des planches

 

 
De l’éfilochage, et de l’affinage

155. L'opération des moulins à papièr a déjà été décrite à l'article des maillets ou pilons ; nous verrons actuellement la manière dont elle se pratique au moyen des cylindres dont on vient de lire la description. On distingue deux opérations des cylindres, celle d'éfilocher, et celle d'affîner : opérations qui, quoique fort semblables dans le fond, diffèrent par plusieurs circonstances.

156. Les drapeaux, au sortir du dérompoir ou de la faux, doivent être mis sous les cylindres éfilochoirs ou épluqueurs ; là ils sont lavés d'abord, ensuite déchirés et broyés pendant quatre, cinq ou six heures ; de là on les porte sous les cylindres affineurs, pour y être froissés et atténués pendant six ou sept heures : au reste, la durée de ce travail varie considérablement, et dépend beaucoup de la vitesse de l'eau. On prétend qu'une machine bien montée, lorsque toutes les parties sont entières, que les eaux sont bonnes, que le chiffon est bien délissé et bien pourri, peut éfilocher en deux heures et affiner en trois heures ; cependant nous ne voudrions pas répondre d'une si grande célérité. On juge que la matière est assez éfilochée, à peu près comme nous l'avons dit en parlant des pilons d'Auvergne : on en prend une poignée, on en exprime l'eau, on la sépare par le milieu ; si on y voit dans l'intérieur des filamens courts, écrasés, velus, semblables à des pieds de mouches, et d'une contexture homogène, on estime que l'éfilochage est fini.

157. Les cylindres éfilocheurs ne sont pas aussi près de la platine que les affineurs (§. 132) ; il y faut un espace suffisant pour que des substances encore grossières et filamenteuses puissent passer. A mesure que la pâte est plus délayée ; on rapproche le cylindre de la platine. Au commencement de l'opération, le cylindre en est éloigné d'un travers de doigt, ou de sept à huit lignes, et cette distance se diminue en deux tems, ou à deux reprises différentes, pendant la durée de l'opération, jusqu'à n'être pas d'une demi-ligne.

158. Les cylindres affineurs sont d'abord éloignés d'environ trois ou quatre lignes de la platine ; mais une demi-heure après, on les abaisse de manière qu'il y ait à peine l'épaisseur d'une petite pièce de monnaie. A en juger même par le bruit que le fabricant veut toujours entendre, disant que le cylindre doit ronfler, il paraît que le cylindre effleure sans cesse la platine.

159. Les cylindres éfilocheurs diffèrent encore des affineurs, en ce que les premiers n'ont point de gouttière ou rainure sur chacune des barres de fer dont le cylindre est garni. Cette rainure sert, dans les cylindres affineurs, à multiplier les inégalités de la surface, et par conséquent à saisir les chiffons par un plus grand nombre de points.

160. Les chapiteaux diffèrent aussi dans ces deux sortes de cylindres. Pour éfilocher, on emploie un châssis garni de fil de laiton ou de verjure ; c'en est assez pour empêcher le passage d'une pâte encore grossière : mais pour affiner, il faut de plus un châssis de crin qui se place derrière le châssis de verjure, c'est-à-dire au dehors, pour tenir lieu du kas dont nous avons parlé ci-dessus. Alors le châssis de verjure ne sert qu'à briser l'effort de la pâte qui frappe sans cesse contre lui (41) ; et le châssis de crin sert à filtrer l'eau, qui, sans cette précaution, emporterait avec elle la portion la plus raffinée de la substance qui se travaille (42).

161. La cuve à affiner exige aussi beaucoup moins d'eau que la cuve à éfilocher ; le courant qu'on établit pour achever de laver et de dégraisser le chiffon, n'est pas si fort ; on ne donne, pour ainsi dire, qu'un filet d'eau ; et quelquefois vers la fin on l'arrête totalement. Il faut alors fermer le chapiteau avec une planche, qui retienne tout à fait l'écoulement de l'eau. Voilà pourquoi on a vu que le réservoir qui est dans la partie gauche de l'atelier, est beaucoup moindre que celui qui est dans la partie droite. Celui-ci sert aux cylindres éfilocheurs, et le premier aux affineurs seulement.

162. La quantité de chiffons qui entrent dans les cuves à éfilocher, dont on a vu les dimensions (§. 119), est d'environ cent vingt livres ; mais dans les cuves à affiner, il entre environ cent soixante livres de pâte éfilochée, parce que c'est une matière spécifiquement plus pesante que le chiffon ; d'ailleurs il faut moins d'eau pour l'affinage que pour l'éfilochage : ainsi il reste plus d'espace pour la matière que l'on doit éfilocher.

163. Pendant la durée du raffinage, il est fort essentiel de spatuler souvent, c'est-à-dire de remuer les drapeaux avec une longue perche, de les aller chercher dans les angles et de les ramener dans le courant qui doit les conduire sous le cylindre ; sans cela, il se formera des flocons et des grumeaux d'une matière qui ne sera point faite, quand le reste de la cuve sera suffisamment affiné. La négligence et l'oubli des ouvriers à cet égard nuit beaucoup à la bonté et à l'égalité du papier.

164. La durée de l'affinage n'est pas toujours la même ; il faut l'expérience d'un habile fabricant, pour juger du tems où la pâte doit être retirée de la cuve. Les grandes sortes de papier demandent une matière moins affinée ; la vitesse du courant d'eau, qui n'est pas la même dans les différentes saisons de l'année, y met aussi une fort grande différence. D'ailleurs, la fermentation qui a préparé la mouillée, avant qu'elle passât sous les cylindres, n'est pas toujours la même ; elle est plus forte, toutes choses égales, en été ; et l'attention des fabricans à retirer les chiffons du pourrissoir n'est pas toujours assez exacte pour arrêter le pourrissage au même degré. On avait voulu fixer la durée de l'affinage par le moyen d'une horloge ; mais on a été forcé de renoncer à cette règle, et d'abandonner la chose au coup-d'œil et à l'expérience du fabricant. Si l'on affine des coutures, du bufle, ou du drapeau un peu verd, il faut quelquefois une heure de plus que pour le drapeau ordinaire.

165. Pour savoir si la pâte est suffisamment affinée, on en prend une poignée, on la noie dans un seau d'eau, on fouette cette eau, on la verse lentement dans la cuve ; on regarde attentivement, en la versant, si elle est bien homogène, bien fluide, enfin si elle blanchit l'eau, sans laisser apercevoir de molécules, ou de parties non broyées : c'est l'état où celle matière doit être en sortant des cylindres affineurs.

166. Lorsqu'une machine est bien construite, douze cylindres peuvent entretenir perpétuellement trente cuves d'ouvriers ; et telle était la destination primitive de la manufacture de Montargis : mais dans l'état actuel il est rare, qu'on puisse même employer six cylindres à la fois ; il n'y a pas cinq pieds de chute vers les coursières. Les eaux que fournit le canal de Montargis sont peu abondantes, et sujettes à de grandes inégalités par les sécheresses ou par les pluies, et le jeu des pompes emploie une partie de la force des roues. Aussi a-t-on proposé, depuis l'élablissement de la manufacture, de faire construire encore quelques cylindres dans un autre lieu du canal, où il y a plus d'eau et plus de chute. Lorsqu'on est pressé pour l'ouvrage, on éfiloche plus longlems, et la durée de l'affinage est abrégée ; mais alors on augmente le déchet. Il y a moins de perte à laisser la pâte sous les cylindres affineurs, où il passe moins d'eau, pourvu qu'elle n'y reste pas assez pour se graisser.

167. Outre les cylindres éfilocheurs et les cylindres affineurs, on emploie encore en Hollande une troisième préparation analogue à celle des piles de l'ouvrier ou des maillets affleurans, dont nous avons parlé ci-dessus : c'est celle des cylindres affleurans que l'on peut appeler du nom de moussoir, ou émoussoir ; on envoit un en A (planche VI, fig. 1). C'est là qu'on porte la pâle déjà affinée, pour écraser les bros, et la délayer encore mieux, avant qu'elle aille aux cuves des ouvriers. L'on évite ainsi l'inconvénient de laisser trop longtems la pâle sous les cylindres affîneurs : ce qui la rend trop grasse, trop courte, augmente le déchet, et rend le papier plus cassant.

168. Les cylindres affleurans, tels que AA, sont totalement de bois ; comme ils ne sont pas destinés à de grands frottemens, ou à une forte trituration, ainsi que les cylindres affineurs, ils n'ont pas besoin d'être fortifiés et revêtus de ces barres tranchantes qu'on voit dans les autres cylindres (§. 151).

169. On avait d'abord construit à Montargis, des moussoirs que l'on a supprimés dans la suite ; ils étaient élevés sur un beffroi, éloignés des cuves à ouvrer de cinquante à soixante pieds. La pâte, en coulant sur un si long espace, était exposée à se salir et à se perdre en partie : d'ailleurs ces moussoirs chargeaient encore la roue qui était obligée de leur communiquer le mouvement à une assez grande distance ; on a mieux aimé y renoncer, et s'assujétir à porter la pâte dans la cuve à ouvrir, presque au sortir de l'affinage.



(41) En Allemagne, les cylindres sont placés, avec leur platine, au fond d'une cuve. Ils sont entièrement couverts de pâte qu'ils entretiennent dans un mouvement perpétuel, sans qu'il s'en perde la moindre partie.
(42) Dans une addition placée à la fin de son ouvrage, M. de LaLande décrit un nouveau cylindre exécuté pour la manufacture Montargis, par M.Destriches, maître serrurier à Paris. Ce cylindre est creux ; il n'a point le noyau de bois dont nous avons parlé § 121. Deux tourtes de fer, d'un pouce d'épaisseur et de deux pieds de diamètre, telles que ZZ (pl.IV, fig. 6), forment les bases du cylindre. Les tourtes portent des croisillons renfoncés d'un demi-pouce vers le collet.
On voit (pl.V, fig. 2), une portion RRSS de la circonférence de cette tourte dont la hauteur de RR est de trois pouces.
Les lames qui forment le cylindre, et dont on voit la coupe TTVV, sont au nombre de 25 ; elles ont deux pieds de longueur, 18 lignes d'épaisseur TV, trois pouces de hauteur TT ; elles sont terminées par un tourillon de fer qui porte un goujon épaulé, taraudé sur une longueur de neuf lignes qui passe au travers de la tourte et se contient par un écrou X à huit pans.
Au-dessous de ce point fixe, à la distance d'environ 15 lignes, une autre vis Y à tête carrée, avec une ambasse circulaire traversant la tourte, entre d'un pouce dans la lame, et achève de la contenir. Il faut concevoir cette tourte de fer servant de base à toutes ces lames, et recevant leurs goujons.
A l'égard des intervalles ZZ, que laissent entre elles les lames des cylindres, ils ont, aussi bien que ces lames, 18 lignes de largeur ; mais comme il s'agit d'empêcher que les matières n'entrent dans la concavité du cylindre, ces intervalles sont remplis par des lames circulaires bb, qui, comme les lames tranchantes, ont deux pieds de longueur. Chacune de ces lames circulaires porte des deux côtés une languette sur toute sa longeur ; ces languettes sont arrêtées dans les rainures dd, pratiquées le long des lames tranchantes TT. Ainsi ces lames circulaires ont 18 lignes de large dd, trois lignes d'épaisseur bb, et deux pieds de longueur.
Pour assembler les pièces qui composent ce cylindre. on place les 25 lames tranchantes dans les 25 trous d'une des tourtes, avec chaque lame circulaire entre deux. Vers le centre de la tourte, est ajustée une boîte de fer composée de quatre lames de deux pieds de long, assujéties de 8 en 8 pouces par des brides intérieures, et destinées à embrasser mieux et à serrer l'axe qui doit traverser ce cylindre. Lorsque toutes les lames de la circonférence et la boîte du centre sont placées sur la première tourte, on place la seconde tourte sur les tourillons des lames et sur les épaulemens de la boîte : une forte rondelle de fer, retenue par une clavette, assujetti tout l'assemblage, aussi bien que les 25 écrous et les 25 vis, dont nous avons parlé. Chacune des lames est échancrée au burin sur toute sa longueur, comme on le voit en e ; l'échancrure a quatre lignes de profondeur et sept lignes de largeur ; elle sert à couper mieux le chiffon, en multipliant les angles ou arêtes tranchantes de la surface du cylindre.
L'assemblage de ces lames avec leurs tourtes pèse environ 1200 ; l'arbre qui les traverse avec sa lanterne, 800 ; en sorte que le poids total de ce cylindre enarbré ne sera guère que de 2000.





Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
20/09/2017 22:13:48 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional