Art de faire le papier

 
Accueil » Le Papier » Art de faire le papier » 1ère partie - Art de faire le papier » §. 69 - §. 199
 
  « Table des matières

Avertissement

1ère partie - Art de faire le papier

§. 8
Art de faire le papier


§. 9 - §. 27
Histoire & origines


§. 28 - §. 68
De la matière au lavoir


§. 69 - §. 199
Des moulins

  - Du moulin
  - Distribution de l'eau dans les moulins
  - De la qualité des eaux
  - Manufacture située en plaine
  - De la roue et des maillets
  - Des moulins à cylindre
  - De la platine
  - Moulins de Hollande
  - De l'éfilochage, et de l'affinage
  - De la graisse du papier
  - Comparaison des deux sortes de moulins
  - Autre forme de moulins, qui a été proposée
  - Observations sur la manufacture de Vougeot en Bourgogne (45)

§. 200 - §. 319
De la matière affinée au collage


§. 320 - §. 351
De l'étendoir au lissoir


§. 352 - §. 380
Tri & formation des rames


§. 381 - §. 385
Du papier coloré


§. 386 - §. 389
De l'influence des saisons


§. 390 - §. 435
Papiers de Hollande & différents pays


§. 436 - §. 511
Des réglements qu'on a fait en France


§. 512 - §. 555
Des différentes matières qui pourraient servir à faire du papier


§. 556 - §. 596
Papiers de Chine & du Japon


2ème partie - Planches & Explications des planches

 

 
Comparaison des deux sortes de moulins

172. L'opération des cylindres exige moins de tems que celle des pilon, et produit moins de déchet ; elle broye parfaitement en 8 à 10 heures, ce qui en exige 24 ou 30 sous les pilons ; et une papeterie à deux cylindres peut donner par an 75 milliers de papier, tandis qu'une papeterie à pilons, où il n'y aura qu'une roue avec six creux de piles, n'en pourra fabriquer que 25 milliers au plus, c'est-à-dire, ne pourra occuper qu'une cuve d'ouvrier (§. 399).

173. Il nous suffirait, pour démontrer l'avantage des cylindres sur les maillets, d'avoir dit qu'il faut trois fois plus de tems avec les maillets, qu'il n'en faut avec les cylindres de Hollande, pour préparer la pâte. Mais ce n'est pas encore tout ; il doit être fort difficile de faire une pâte bien égale et un papier bien uni avec les maillets : si on les élevait jusqu'à ce qu'ils fussent hors de la matière, ils l'écarteraient et la feraient rejaillir, en tombant, de manière à tout perdre. Si on ne les élève que peu, et que la matière surnage, pour lors il arrive que les chiffons qui sont sur la surface de l'eau ne sont point battus, et qu'il n'y a que ceux du fond qui puissent être atténués. Enfin, soit qu'on élève peu ou beaucoup les maillets, il arrivera à tout moment que la matière qui avait besoin d'être battue, le sera trop peu, et que celle qui n'en avait pas besoin, recevra l'effort des maillets ; s'il y a des parties à qui il faille une certaine force pour les déchirer et les atténuer, les maillets ne pourront point opérer ce déchirement comme des arêtes de fer qui s'effleurent plus de cent fois par minute avec une violence capable de briser la plus forte résistance ; car comme la matière suffisamment atténuée y passe sans résistance, il n'y a que celle qui ne l'est pas encore qui soit tiraillée et froissée par le cylindre ; ou, pour mieux dire, les différens chiffons allant toujours ensemble et passant toujours par le même interstice, ils forment, au commencement comme à la fin, une matière toujours homogène, toujours égale : de là vient qu'en général le papier de Hollande nous paraît plus égal, plus homogène que le nôtre. Les cylindres sont aussi moins sujets aux fréquentes réparations, que les moulins à pilons. Il y a des cylindres à Montargis, qui servent depuis dix-huit à vingt ans au lieu que les maillets ont besoin d'être réparés communément tous les cinq ans.







Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
24/11/2017 04:44:40 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional