Art de faire le papier

 
Accueil » Le Papier » Art de faire le papier » 1ère partie - Art de faire le papier » §. 200 - §. 319
 
  « Table des matières

Avertissement

1ère partie - Art de faire le papier

§. 8
Art de faire le papier


§. 9 - §. 27
Histoire & origines


§. 28 - §. 68
De la matière au lavoir


§. 69 - §. 199
Des moulins


§. 200 - §. 319
De la matière affinée au collage

  - De la matière affinée
  - Des formes ou des moules
  - Des feutres
  - Cuve de l'ouvrier
  - Manière dont se forment les feuilles
  - Des fautes que les ouvriers des cuves peuvent commettre
  - Manière de presser les porses
  - De la presse
  - Du leveur
  - Manière d'étendre en pages
  - De la colle
  - Manière de faire cuire la colle
  - Travail du saleran qui colle le papier
  - Inconvénients qui peuvent avoir lieu dans le collage

§. 320 - §. 351
De l'étendoir au lissoir


§. 352 - §. 380
Tri & formation des rames


§. 381 - §. 385
Du papier coloré


§. 386 - §. 389
De l'influence des saisons


§. 390 - §. 435
Papiers de Hollande & différents pays


§. 436 - §. 511
Des réglements qu'on a fait en France


§. 512 - §. 555
Des différentes matières qui pourraient servir à faire du papier


§. 556 - §. 596
Papiers de Chine & du Japon


2ème partie - Planches & Explications des planches

 

 
Manière d'étendre en pages

280. Lorsqu'on fait attention que les feuilles sont très minces, qu'elles sont formées par une fécule qui est encore chargée de beaucoup d'eau, et qui a peu de consistance, on sent bien que la presse les a tellement unies les unes aux autres, qu'il est difficile de les séparer. En effet, on ne parviendrait pas à les tirer une à une, sans en déchirer un grand nombre ; mais heureusement cette séparation feuille à feuille n'est pas nécessaire, comme on le verra plus bas. On se contente donc de lever sept à huit feuilles ensemble, ce qu'on appelle former des pages. Quelquefois aussi on en lève un moindre nombre, a mesure que le papier se trouve plus grand, mais jamais moins de trois feuilles, excepté dans ces papiers de grandeur extraordinaire, tel que le grand langlée qu'on a exécuté à Montargis, et qui s'étend feuille à feuille.

281. En Auvergne et en Angoumois ; c'est le gouverneur du moulin qui étend le papier pressé en porse blanche ; dans d'autres provinces ce sont des femmes, ou bien c'est le leveur après la journée faite. Il serait plus sûr d'avoir un gouverneur des étendoirs, uniquement occupé des opérations qui s'y font ; car il y a beaucoup à perdre par la négligence de ceux qui étendent. Un étendeur de porses doit étendre la journée de trois cuves.

282. L'étendeur ayant reçu une porse blanche encore mouillée, l'étend lui-même en pages dans le petit étendoir. Pour commencer par les plus hautes cordes de l'étendoir, on monte sur un banc de trois pieds de haut et de douze pieds de longueur : on le peut voir en E (pl. VIII, fig. 2). Les deux porses sont placées sur une sellette à trois jambes, telle que F, de quatre pieds et demi de haut sur quinze pouces en carré. Celui qui étend, tient de la main droite un petit ferlet, tel qu'on le voit en C dans la main d'une femme. Cet instrument n'est autre chose qu'un bâton traversé par un autre, en forme de T, gros comme le petit doigt, et long de quinze à dix-huit pouces. Il fait sa page de la main gauche sur la porse ; c'est-à-dire, il prend six ou huit feuilles de papier, comme nous l'avons dit ; il souffle sous cette page, pour séparer les feuilles les unes des autres : autrement il s'en déchirerait beaucoup. Il observe aussi de lever ces feuilles du même côté qu'on les a détachées de dessus les feutres en les mettant sur la selle, c'est-à-dire, par le bon carron ; il prend ensuite deux cordes de la même main gauche, et il y étend sa page avec le ferlet qu'il a toujours tenu de la droite. Quand les porses sont de grand papier, il prend trois cordes à la fois pour les étendre. Nous parlerons plus en détail de l'étendoir, lorsqu'il s'agira d'y mettre le papier collé, qui demande plus d'attention, et exige aussi un plus grand étendoir.

283. Il importe, plus qu'on ne croirait d'abord, que les feuilles demeurent, pour ainsi dire, collées plusieurs ensemble. Si elles étaient seules et une à une, elles ne pourraient point résister au mouillage de la colle, et ce mouillage sera suffisant pour en faciliter la séparation. Pour empêcher qu'elles ne se séparent et ne s'effeuillètent dans l'étendoir en y séchant, on les place de manière que les pages reçoivent le vent dans la surface, et non point de côté et par les rives.

284. L'étendeur doit avoir attention de ne pas faire des chaperons, ou égratignures, en frottant ses feuilles contre les cordes, ou des marroquins, c'est-à-dire, des rides, en faisant ses pages trop fortes : ce qui oblige les feuilles intérieures de se froncer sur la corde.

285. Le papier ayant séché dans l'étendoir, le gouverneur va ramasser les pages, c'est-à-dire, les descendre de dessus les cordes. Il observe que les feuilles soient toujours tournées du même côté que lorsque le leveur les a détachées des feutres ; ce qui se reconnaît par la marque des pouces, imprimée aux deux bouts de la feuille. Cette remarque est importante, parce qu'ayant à étendre deux fois le papier encore mouillé, on tache moins les feuilles, et l'on n'en expose pas un si grand nombre à être gâtées.

286. Après avoir descendu les pages, le leveur les met en moules (*), c'est-à-dire en piles, couchées sur des planches, et appuyées contre les piliers de l'étendoir ; puis il les frotte avec une lisse de bois, les manie, les secoue, pour en faire tomber la poussière, et détacher les pages les unes des autres. Il les met en piles dans le magasin ; c'est là où l'apprenti vient les prendre pour le collage.



(*) Ce terme vient sans doute de moles, ainsi qu'on dit en certaines provinces des meules de foin.





Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
24/11/2017 04:45:34 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional