Manuel Roret du Relieur

 
Accueil » La Reliure » Manuel Roret du Relieur » Deuxième partie - Reliure » Chapitre 2
 
  « Table des matières

Préface

Première partie - Brochage

Deuxième partie - Reliure

Considérations générales

Chapitre 1
Matières employées par le relieur


Chapitre 2
Atelier et outillage du relieur

   § 1. - Atelier
   § 2. - Outillage
    1° Pierre à battre
    2° Marteau à battre
    3° Cousoir
    4° Etau à endosser
    5° Endosseuses
    6° Presse à rogner
    7° Grande presse
    8° Ais
    9° Presses diverses
    10° Outils divers

Chapitre 3
Opérations du relieur


Chapitre 4
Racinage et marbrure de la couverture


Chapitre 5
Marbrure sur tranche


Chapitre 6
Dorure et gaufrure


Chapitre 7
Reliure mécanique


Chapitre 8
Reliures diverses


Chapitre 9
Renseignements divers


 

 
8° Ais

On appelle AIS des planchettes de la grandeur des volumes qu'on travaille. Il y en a donc pour tous les formats.

En outre, on en distingue plusieurs sortes, chacune spécialement appliquée à telle ou telle opération dont on leur donne le nom. En voici l'énumération :

Ais à endosserAis à endosser : ils sont en chêne ou on hêtre et de deux espèces. On appelle entre-deux, ceux qui se placent entre les volumes ; leur épaisseur est plus grande du côté du mors. On nomme membrures, ceux qui se mettent aux deux extrémités du paquet, ou pile, de livres qu'on travaille à la fois ; ils sont trois fois plus épais que les entre-deux, et plus épais du côté du mors. Pour que ces derniers puissent résister plus longtemps aux coups de marteau, l'on en consolide le bord supérieur avec une garniture de fer, ce qui les fait alors appeler ais ferrés, (figure 65, membrure garnie d'une bande de fer a, a, fixée au moyen de vis à bois). L'adoption des étaux à endosser rend inutile l'emploi de ces ais, dont l'assortiment n'est pas l'un des moindres embarras des petits ateliers.

Ais à mettre en presse : ce sont des planchettes de même épaisseur partout et dont on se sert pour mettre les volumes à la presse. Ceux qu'on emploie pour la rognure doivent être recouverts intérieurement d'une bande de papier de verre, qu'on y a collée, pour que les volumes ne puissent glisser.

Ais à brunir : comme leur nom l'indique, ils sont employés dans l'opération du brunissage. Leur épaisseur est plus grande d'un bout à l'autre, pour la tête et la queue des volumes, et plus épais du côté du mors pour la gouttière.

Ais à polir : ils sont destinés à recevoir les livres pour la polissure. Aussi doivent-ils être eux-mêmes unis et même polis. Leur épaisseur est égale partout. Les uns sont en poirier, les autres en carton bien laminé, d'autres enfin en fer-blanc doublé de bois.

Ais à rabaisser : c'est une planche de hêtre bien unie sur laquelle on coupe le carton. On lui donne ordinairement 66 centimètres de long, 22 à 28 centimètres de largeur et 6 centimètres d'épaisseur.






Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
24/11/2017 04:43:44 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional