Manuel Roret du Relieur

 
Accueil » La Reliure » Manuel Roret du Relieur » Deuxième partie - Reliure » Chapitre 6 » Observations préliminaires
 
  « Table des matières

Préface

Première partie - Brochage

Deuxième partie - Reliure

Considérations générales

Chapitre 1
Matières employées par le relieur


Chapitre 2
Atelier et outillage du relieur


Chapitre 3
Opérations du relieur


Chapitre 4
Racinage et marbrure de la couverture


Chapitre 5
Marbrure sur tranche


Chapitre 6
Dorure et gaufrure

  Observations préliminaires
   § 1. - Dorure sur tranche
   § 2. - Dorure sur le dos et la couverture
   § 3. - Combinaison des fers
   § 4. - Choix des fers
   § 5. - Observations diverses
   § 6. - Moyen de séparer l'or des chiffons qui ont servi à la dorure
   § 7. - Gaufrure
   § 8. - Emploi dans la reliure des percalines grenées et gaufrées

Chapitre 7
Reliure mécanique


Chapitre 8
Reliures diverses


Chapitre 9
Renseignements divers


 

 
Observations préliminaires

Il en est de la dorure comme de la marbrure, et à plus forte raison, une pratique constante donne seule le moyen de la faire d'une manière satisfaisante. Voilà pourquoi les relieurs peu occupés, surtout ceux des petites villes, ne sauraient l'aborder avec succès. A peine leur est-il possible de pousser les titres et les ornements les plus simples qui enjolivent les dos ; encore même parviennent-ils rarement à donner à leurs ouvrages la netteté et la régularité indispensables, D'ailleurs, outre l'habileté de main, le doreur véritablement digne de ce nom, doit posséder deux choses qui ne s'acquièrent pas et sont un don de la nature, savoir : un goût irréprochable et un sentiment élevé de l'art.


La dorure pour reliure forme deux branches qui, à Paris, Vienne, Londres, Lyon et autres grandes villes, sont exercées par des ouvriers spéciaux, ce sont :

La dorure sur tranche,

Et la dorure sur le dos et la couverture.

Dans l'une et dans l'autre, on emploie exclusivement l'or au livret, qui est fourni par le batteur d'or. Toutefois pour les reliures à bon marché et surtout pour les emboîtages, on fait un usage constant de feuilles de faux or, c'est-à-dire de laiton, qui sont fabriquées en vue de cette application par les mêmes procédés que celles d'or vrai. Cette dorure au cuivre, comme on l'appelle, a tout le brillant de l'or, au moment où l'on vient de l'exécuter, mais la durée de ce luxe apparent est tout à fait éphémère.






Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
22/10/2017 12:07:51 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional