Manuel Roret du Relieur

 
Accueil » La Reliure » Manuel Roret du Relieur » Première partie - Brochage » Chapitre 4
 
  « Table des matières

Préface

Première partie - Brochage

Notions préliminaires

Chapitre 1
Séchage


Chapitre 2
Assemblage


Chapitre 3
Glaçage et satinage


Chapitre 4
Pliage

    1° In-folio
    2° In-quarto
    3° In-octavo
    4° In-douze
    5° In-seize
    6° In-dix-huit
    7° In-vingt
    8° In-vingt-quatre
    9° In-trente-deux
    10° In-trente-six
    11° Formats plus petits que l'in-36

Chapitre 5
Brochage


Deuxième partie - Reliure

 

 
1° In-folio

L'in-folio s'imprime de deux manières, ou en une seule feuille, ou en deux feuilles. Les journaux seuls s'impriment en une feuille ; tous les autres ouvrages s'impriment en deux feuilles, lesquelles, étant placées l'une dans l'autre, forment un petit cahier de 8 pages. La première de ces deux feuilles porte pour signature A ou sur le recto, et les chiffres de sa pagination sont 1, 2, 7 et 8. Quant à la seconde, qui, ainsi qu'il vient d'être dit, s'intercale dans la précédente elle porte pour signature A 2, ou 1, et les chiffres de sa pagination sont 3, 4, 5 et 6.

La plieuse commence par placer devant elle, sur une grande table, de manière que les lettres soient à rebours, et les signatures du côté de la table, à la droite en haut, l’un des paquets remis par l’assembleur. Cela fait, elle ouvre le paquet et passe dessus deux ou trois coups de plioir pour en bien étendre les feuilles.

Cette manoeuvre du plioir n’est pas seulement nécessaire pour étendre les feuilles, elle est encore indispensable pour les faire glisser l’une sur l’autre, afin de pouvoir les prendre une à une avec plus de facilité. Pour obtenir ce dernier résultat, il suffit d’appuyer légèrement l’instrument sur le tas ; aussitôt la première feuille se détache et se porte un peu sur la droite.

Après avoir pris son plioir de la main droite, vers le milieu de sa longueur, l’ouvrière saisit la feuille avec la main gauche, par l’angle supérieur, qui est à sa droite, et porte cet angle sur l’angle inférieur du même côté, en ayant bien soin de placer les deux chiffres de la pagination l’un sur l'autre. Alors, appuyant l’index sur le dos du plioir, elle passe l’instrument sur la feuille, en montant diagonalement de bas en haut, en sorte que, tout à la fois, elle efface les plis qui ont pu se former et détermine celui que la feuille doit conserver. Ce double résultat obtenu, elle fait pirouetter le plioir d'un demi-tour, et le passe de nouveau sur la feuille, mais en sens inverse, c’est-à-dire diagonalement de haut en bas. Si, dans ce second mouvement, le plioir était dirigé dans le même sens que dans le premier, outre qu’il pourrait déchirer le papier, il changerait le pli que la feuille doit avoir.

Quand le pliage de la première moitié de la feuille est achevé, on passe à la seconde. On la plie comme on vient de faire de la première, et on l'intercale dans celle-ci, en observant que les signatures soient toujours l’une sur l'autre. Cette dernière opération se nomme encartation, la feuille intercalaire s’appelle encart, et l'action se désigne par le mot encarter.

La plieuse forme donc ainsi des petits cahiers de deux feuilles, qu’elle place l’une sur l’autre au-devant d’elle, et au-dehors du cahier sur lequel elle travaille, en ayant soin de renverser le petit cahier de manière que la première page touche la table.

Lorsqu'on plie un in-folio imprimé à une seule feuille, tel qu'un journal quotidien, on suit la même marche, avec cette seule différence que l'on n'encarte aucune feuille, et que les feuilles sont toutes séparées.






Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
20/09/2017 21:54:20 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional