Art de faire le papier

 
Accueil » Le Papier » Art de faire le papier » 1ère partie - Art de faire le papier » §. 320 - §. 351
 
  « Table des matières

Avertissement

1ère partie - Art de faire le papier

§. 8
Art de faire le papier


§. 9 - §. 27
Histoire & origines


§. 28 - §. 68
De la matière au lavoir


§. 69 - §. 199
Des moulins


§. 200 - §. 319
De la matière affinée au collage


§. 320 - §. 351
De l'étendoir au lissoir

  - De l'étendoir
  - Manière de fermer les étendoirs
  - Du travail des étendoirs, et des attentions qu'on doit y apporter
  - De la salle du lissoir
  - Différentes manières de lisser le papier

§. 352 - §. 380
Tri & formation des rames


§. 381 - §. 385
Du papier coloré


§. 386 - §. 389
De l'influence des saisons


§. 390 - §. 435
Papiers de Hollande & différents pays


§. 436 - §. 511
Des réglements qu'on a fait en France


§. 512 - §. 555
Des différentes matières qui pourraient servir à faire du papier


§. 556 - §. 596
Papiers de Chine & du Japon


2ème partie - Planches & Explications des planches

 

 
De la salle du lissoir

337. Les poignées se déposent d'abord dans la chambre du lissoir ; le saleran les déplie en les foulant du coude et de la main pour les aplatir et les préparer à être mises en presse, après quoi il en fait des piles jusqu'au plancher de la salle, et le papier y demeure en attendant qu'il soit mis en presse.

338. Dans la chambre du lissoir, ou dans une chambre voisine, on a sept à huit grandes presses, plus ou moins, suivant la grandeur des travaux d'une manufacture ; elles ne diffèrent point des presses dont nous avons donné la description §. 260. Là, dix ou douze hommes mettent les poignées sous les premières presses ; et les ayant foulées très-fortement, ils les laissent en cet état pendant douze heures. Après cela ils les retirent et les secouent sur de grands bancs faits exprès, qui sont proche des presses, afin de séparer les feuilles qui tiennent les unes aux autres ; puis on les remet incessamment sous d'autres presses, où on les tient encore pressées de la même façon pendant douze heures. C'est alors qu'on les reporte à la chambre du lissoir pour y recevoir la dernière perfection.

339. Les ouvriers qui travaillent au lissoir ou au pliage, s'appellent, en Angoumois, les salerantes ou saleranes ; en Auvergne, tisseuses et trieuses ; ailleurs on les appelle éplucheuses (pl. IX, fig. 2). On voit dans le lissoir deux tables assez larges pour qu'on puisse travaillera la fois des deux côtés, et couvertes de cuir. Une planche élevée de champ dans le milieu d'un bout à l'autre de la table, sépare les lisseuses, et empêche tout à la fois la confusion de l'ouvrage et la dissipation des ouvrières : on y voit aussi un chandelier pour le travail de l'hiver.







Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
24/11/2017 04:48:45 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional