Le Papier - Expérimentations

 
Accueil » Le Papier » Expérimentations

Premiers papiers

Premiers papiersCeci est une expérience.

Dans sa conférence inaugurale du colloque "Le papier au Moyen Age: histoire et technique" qui s'est tenu les 23, 24 et 25 Avril 1998 à l'Institut de France, Monsieur Tschudin a abordé le problème des premiers papiers fabriqués en Chine il y a plus ou moins 2200 ans. Certaines de ses hypothèses émises à partir de techniques de fabrication de certains feutres m'ont donné l'idée de les appliquer en remplaçant la laine par une pâte de fibres de lin. J'ai pensé utiliser une claie, simple store de rotin, un peu semblable au tamis en lame de bambous utilisé pour la confection du feutre comme forme souple et d'en faire une forme flottante, car jusqu'à preuve du contraire la répartition de la pâte ne peut pas se passer d'un minimum d'eau, donc d'une phase liquide. Les moyens mis en oeuvre sont d'une grande simplicité: pas de presse, pas de cuve, pas de feutre. Le tamis existe, essayer de remplacer la laine par des dechets textiles déchiquetés de façon assez homogène est tout à fait envisageable.

J'utilise un morceau de store de 50 par 60 cm, dont l'échantillon de papier ci contre, grandeur nature, donne en transparence l'image de la structure. Un simple chassis avec 5 pontuseaux suffit à le supporter. Une couverte de 38 par 51 cm et de 2cm d'épaisseur permet d'avoir suffisemment d'eau pour former la feuille comme dans n'importe quelle forme flotante. La quantité de pâte nécéssaire à la formation de la feuille est versée dans cette petite couche d'eau à l'intérieur de la couverte et répartie à l'aide d'une petite baguette. De légers tapotements de la baguette sur toute la surface de la feuille favorisent une homogénéisation de l'ensemble qu'un peu de pratique doit pouvoir rendre absolument parfaite. Quand le mélange est homogène, on soulève l'ensemble qui s'égoutte très médiocrement par rapport à un papier confectionné sur des formes normales dans une cuve. Lensemble fibre eau est encore très fragile et il reste approximativement bien plus de 90% deau. Toute tentative de transfer sur un quelconque support se traduirait à ce moment par une déterioration de la feuille pas encore assez liée pour supporter une surface dure.

En roulant le store sur lui même, et en le serrant progressivement, la feuille est convenablement égouttée.

premiers papiersOn enlève ainsi environ 25% de l'eau contenue au départ. Le store est ensuite déroulé, la feuille, naturellement se transfère sur l'autre face du store et il ne reste plus qu'à la coucher sur n'importe quelle surface plane et dure pour la laisser sécher.

Cette combinaison de forme souple et flottante n'avait jusqu'ici, à ma connaissance pas été envisagée et l'idée de rouler une forme souple sur une feuille fraiche non plus. Cette technique n'emploie que des moyens antérieurs à la naissance du papier, et ne demande aucune installation particulière. C'est ce que ferait n'importe qui pour fabriquer un feutre végétal. La pâte utilisée à été choisie en fonction de ce que l'on semble connaître des papiers retrouvés dans les fouilles archéologiques chinoises qui concernent des sites datés du 2ème sciècle avant JC. Une fois sèche la feuille est lissée avec un morceau de verre ou n'importe quel objet dur et lisse. Le papier ainsi obtenu ressemble étrangement à un papier arabe bien postérieur ce qui, compte tenu du matériau utilisé et du lissage n'est pas tellement surprenant. Ce qui l'est plus c'est la qualité obtenue avec des moyens extèmement primitifs en quelques essais. Le papier présenté ci contre fait 200g m2 , il n'a bien sur aucun sens d'allongement puisque les fibres n'ont aucune orientation; une observation attentive des deux images permet de distinguer en haut le côté tamis et en bas le côte en l'air de la feuille nettements discernables bien que le fait de rouler l'ensemble humide mette les deux faces de la feuille en contact avec le rotin du store.

Cependant, quelque soit le plaisir de la découverte et l'impression que l'on peut avoir d'approcher les mystères de la naissance du papier, rien ne permet d'affirmer que les premiers papiers ont été réalisés de cette façon, même si l'hypothèse me parait très séduisante , celà reste une hypothèse.

Jacques Bréjoux


 
 
Les rendez-vous du Moulin du Verger
Rendez-nous visite tout au long de l'année au creux de la vallée des eaux claires à Puymoyen au coeur de la Charente à quelques encablures de la ville d'Angoulème...

 


Découvrez l'édition électronique de l'Art de faire le papier de M. de Lalande
Ouvreur
Armes de Bretagne
Dail
Plus de termes...
A lire sur le papier...
Le FORT Le FAIBLE et Le MITANDIER

The Stamper

La troisième dimension

Arbre généalogique, serment des apothicaires, serment d'Hippocrate...

Collection de papiers

Papier marbré

Regards d'artistes...
Le moulin du Verger vu par les artistes-peintres, photographes, amis...


Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
22/10/2017 13:56:30 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional