Art de faire le papier

 
Accueil » Le Papier » Art de faire le papier » 1ère partie - Art de faire le papier » §. 200 - §. 319
 
  « Table des matières

Avertissement

1ère partie - Art de faire le papier

§. 8
Art de faire le papier


§. 9 - §. 27
Histoire & origines


§. 28 - §. 68
De la matière au lavoir


§. 69 - §. 199
Des moulins


§. 200 - §. 319
De la matière affinée au collage

  - De la matière affinée
  - Des formes ou des moules
  - Des feutres
  - Cuve de l'ouvrier
  - Manière dont se forment les feuilles
  - Des fautes que les ouvriers des cuves peuvent commettre
  - Manière de presser les porses
  - De la presse
  - Du leveur
  - Manière d'étendre en pages
  - De la colle
  - Manière de faire cuire la colle
  - Travail du saleran qui colle le papier
  - Inconvénients qui peuvent avoir lieu dans le collage

§. 320 - §. 351
De l'étendoir au lissoir


§. 352 - §. 380
Tri & formation des rames


§. 381 - §. 385
Du papier coloré


§. 386 - §. 389
De l'influence des saisons


§. 390 - §. 435
Papiers de Hollande & différents pays


§. 436 - §. 511
Des réglements qu'on a fait en France


§. 512 - §. 555
Des différentes matières qui pourraient servir à faire du papier


§. 556 - §. 596
Papiers de Chine & du Japon


2ème partie - Planches & Explications des planches

 

 
De la colle

287. Le papier qui a été formé par les opérations précédentes, serait suffisant pour écrire avec le crayon, ou des matières sèches ; mais l’encre dont nous nous servons, et qui contient une espèce d'humidité, pénétrerait le papier, s'il n'était enduit d'une couche de matière plus difficile à dissoudre par l'humidité.

288. On doit avoir pour le collage une chambre voûtée, afin de se garantir des incendies, aussi bien que des ordures qui pourraient gâter ou le papier ou la colle. Dans cette chambre représentée à la planche IX, fig. 1, on voit deux grandes chaudières de cuivre G, H, enchâssées dans de la maçonnerie, et une autre moindre I, nommée le mouilloir, en Auvergne le mouilladoir, qui est simplement placée sur un trépied, avec un réchaud de feu par-dessous. La première chaudière G a trois pieds et demi de diamètre sur deux et demi de profondeur, et c'est là qu'on fait cuire la colle. La seconde chaudière H est presque de la même grandeur ; elle sert à passer la colle. Enfin c'est dans le mouilloir I que se fait l'opération du collage.

289. La colle se fait avec des retailles que l'on prend chez les tanneurs, les chamoiseurs, les mégissiers ou blanchisseurs de peaux, et même chez les bouchers. Elle consiste en morceaux ou rognures de cuir, oreilles, collets, pieds, tripes, et autres menuisailles de toutes sortes de bêtes à quatre pieds, excepté du cochon.

290. Dans les bonnes fabriques on se sert, par préférence, des retailles de chamoiseurs, de mégissiers et de blanchers, qui n'emploient que des cuirs de chevreaux, d'agneaux ou de montons : c'est ce qu'on appelle la brochette. La colle en est plus claire que lorsqu'on emploie les retailles de tanneurs, qui fournissent des cuirs de vaches, de boeufs et de veaux. On doit avoir soin de les bien fouler et laver, pour en ôter la poussière de chaux qui en altère la qualité, et qui ternit la colle.

291. Celle qui est faite avec les rognures des cuirs de tanneurs, est forte ; mais elle diminue la blancheur du papier. Les rognures de peaux de moutons, que vendent les peaussiers et les chamoiseurs ; donnent une colle plus blanche que la précédente ; mais elle n'est pas si forte. On emploie aussi les rognures de parchemin pour les belles qualités de papier.

292. Mais la meilleure serait sans doute cette belle colle de poisson, qu'on emploie pour clarifier le vin, pour blanchir la gaze et lustrer les ouvrages de soie. Les Hollandais vont la chercher à Archangel, et ils en font le commerce dans toute l'Europe. On assure que cette colle est faite avec la peau, les nageoires et les parties moellagineuses d'un poisson appelé huso ou exossis, que les Moscovites font bouillir à petit feu jusqu'à la consistance d'une gelée ; ils l'étendent ensuite de l'épaisseur d'une feuille de papier, et en forment des pains ou des cordons, tels que nous les recevons de Hollande ; mais comme cette colle est chère, il faudrait aspirer à une bien grande perfection, pour entreprendre d'en faire usage dans la papeterie.

293. Il pourrait du moins y avoir quelque avantage à employer de la colle ordinaire en pains, telle qu'est la colle de Flandres ou la colle forte ; elle serait plus épurée (*) ; on saurait plus précisément la quantité qui est nécessaire pour faire un bon collage ; et l'on aurait une colle qui serait toujours de même force (72).

294. Quelques papetiers mettent un peu de bleu-d'Inde dans leur colle, pour corriger la teinte jaunâtre qu'elle peut laisser au papier.



(*) La colle forte bien faite est dégraissée avec l'esprit de vin.
(72) Cette colle venant d'une manufacture étrangère, serait à trop haut prix dans les fabriques de papier. Il vaudrait mieux peut-être pour les papetiers, qu'ils fabriquassent eux-mêmes la colle forte avec leurs retailles, et qu'ils en déterminassent ensuite plus exactement la quantité, lorsqu'ils font leur colle à papier.





Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
20/09/2017 22:12:56 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional