Art de faire le papier

 
Accueil » Le Papier » Art de faire le papier » 1ère partie - Art de faire le papier » §. 200 - §. 319
 
  « Table des matières

Avertissement

1ère partie - Art de faire le papier

§. 8
Art de faire le papier


§. 9 - §. 27
Histoire & origines


§. 28 - §. 68
De la matière au lavoir


§. 69 - §. 199
Des moulins


§. 200 - §. 319
De la matière affinée au collage

  - De la matière affinée
  - Des formes ou des moules
  - Des feutres
  - Cuve de l'ouvrier
  - Manière dont se forment les feuilles
  - Des fautes que les ouvriers des cuves peuvent commettre
  - Manière de presser les porses
  - De la presse
  - Du leveur
  - Manière d'étendre en pages
  - De la colle
  - Manière de faire cuire la colle
  - Travail du saleran qui colle le papier
  - Inconvénients qui peuvent avoir lieu dans le collage

§. 320 - §. 351
De l'étendoir au lissoir


§. 352 - §. 380
Tri & formation des rames


§. 381 - §. 385
Du papier coloré


§. 386 - §. 389
De l'influence des saisons


§. 390 - §. 435
Papiers de Hollande & différents pays


§. 436 - §. 511
Des réglements qu'on a fait en France


§. 512 - §. 555
Des différentes matières qui pourraient servir à faire du papier


§. 556 - §. 596
Papiers de Chine & du Japon


2ème partie - Planches & Explications des planches

 

 
De la presse

261. La presse est une des parties essentielles à la fabrication du papier, comme nous aurons occasion de le faire observer ; ainsi nous ne devons pas négliger de la faire connaître en détail.

262. La presse est représentée dans la planche VIII, vis-à-vis du coucheur ; elle est composée de deux montans, tels que H, H (fig. 1), emmortaisés sur un gros sommier B, qui les traverse parle bas, et enfourchés par en haut aux deux bouts d'un autre moindre sommier E, qui forme en même tems l'écrou. Dans cet écrou tourne la vis D, dont l'extrémité inférieure est noyée dans le trou C d'une autre pièce de bois qu'on nomme la sel/e, ou mouton. Le pivot qui entre dans le mouton, a un collet ou étranglement, dans lequel s'engage une cheville qui traverse le mouton, et fait que la vis ne peut s'élever en tournant, sans faire remonter sa selle en même tems.

263. La pièce d'en bas qui est immobile, et sur laquelle se place la porse de feutres, se nomme, comme on l'a dit, le soutrait de la presse.

264. Quand la porse est placée sur le soutrait de la presse, et qu'on y a mis le couvercle du drapan, on y place encore les mises, qui sont des pièces de bois carrées de deux pieds de long, ayant quelquefois des menilles ou poignées pour les saisir. On en emploie trois ou quatre, selon que le demande la hauteur de la porse ; elles sont marquées 1, 2, 3, dans la planche VIII, fig. 1. Ensuite avec un levier de dix à douze pieds, dont un bout entre dans la tête de la vis, quatre hommes mettent la porse dans une violente compression pour en faire égoutter l'eau. Quand il est besoin de s'arrêter pour changer le levier de trou, et continuer ensuite de presser, on se sert, pour contenir la vis, d'un morceau de bois nommé la poye, et que l'on voit suspendu en R à l'un des montans de la presse : ce n'est proprement qu'un bâton que l'on engage dans le trou de la vis qui se présente le mieux.

265. Non-seulement les quatre hommes dont nous avons parlé, pressent avec toute la force dont ils sont capables sur un levier de douze pieds : mais lorsqu'ils sont au terme de leur action, ils attachent à l'extrémité de ce même levier une grosse corde ; l'autre bout de la corde passe dans une espèce de tour ou de cabestan qui a quatre barres ; les quatre hommes tournent de toute leur force ce cabestan pour faire faire encore quelques pieds de plus au levier que les bras ne pouvaient plus émouvoir, et celle nouvelle manoeuvre produit encore un demi-tour de vis.

266. La porse de feutres ayant été pressée autant que les quatre hommes l'ont pu faire, aidés du cabestan, on passe, tout autour de la porse un racloir de bois pour exprimer du bord des feutres toute l'eau qui peut y être restée ; puis donnant un coup de bâton sur la poye, on la dégage du trou de la vis : la presse se lâche aussitôt, et la vis retourne d'elle-même ; alors le coucheur et l'apprenti vireur de feutres retirent la porse de dessus la presse, et la remettent à un quatrième ouvrier nommé le leveur de papier, ou simplement leveur.







Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
20/09/2017 22:04:41 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional